2015/04/19

Homélie du 3e dimanche de Pâques


 

3e dimanche de Pâques.

Année B.

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 24, 35-48

Les disciples qui rentraient d’Emmaüs racontaient aux onze Apôtres et à leurs compagnons ce qui s’était passé sur la route, et comment ils avaient reconnu le Seigneur quand il avait rompu le pain.
Comme ils en parlaient encore, lui-même était là au milieu d'eux, et il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Frappés de stupeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit. Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent en vous ?
Voyez mes mains et mes pieds : c'est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n'a pas de chair ni d'os, et vous constatez que j'en ai. »
Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds.
Dans leur joie, ils n'osaient pas encore y croire, et restaient saisis d'étonnement.

Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? » Ils lui offrirent un morceau de poisson grillé. Il le prit et le mangea devant eux.
Puis il déclara : « Rappelez-vous les paroles que je vous ai dites quand j'étais encore avec vous : Il fallait que s'accomplisse tout ce qui a été écrit de moi dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. »
Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. Il conclut : « C'est bien : les souffrances du Messie, sa résurrection d'entre les morts le troisième jour, et la conversion proclamée en son nom pour le pardon des péchés à toutes les nations, en commençant par Jérusalem.
C'est vous qui en êtes les témoins.

 

                                                                       ________

 

Le plan de Dieu

 

Un messie souffrant n’était pas dans la vision des humains. Ces derniers désiraient un messie roi qui contrôlerait les royaumes ou bien, un messie guérisseur qui ferait disparaître les maladies ou bien, un messie triomphant qui aurait les honneurs et le prestige. Le plan de Dieu n’était pas celui des humains. Dieu avait annoncé que son Messie souffrirait, mais les apôtres et les disciples ne le voyaient pas ainsi ou ne voulaient pas le voir.

 

     Il a fallu qu’il soit élevé de terre pour attirer à lui tous les hommes (1).

 

Jésus s’était pourtant rendu présent aux apôtres et aux disciples pendant trois ans. Il avait vécu avec eux et les avait, tout au long des jours, renseignés sur son Père. Il leur avait rappelé le sens de sa mission. Il avait même fui la royauté terrestre pour mieux faire saisir le don de Dieu.

 

La présence de Dieu se donnait aux hommes comme une victime offerte pour nos péchés et ceux du monde entier (2).  

 

Il est toujours difficile d’accepter la mort d’un proche et il faut vivre notre deuil en plusieurs étapes. Notre cœur reste longtemps troublé et il demeure dans la tristesse.

 

Les apôtres et les disciples ont vu mourir Jésus et cela leur a brisé le cœur. Peu de temps après, ils s’étaient rassemblés et ils discutaient de la rencontre merveilleuse où il avait rompu le pain avec les disciples d’Emmaüs… Et lui-même était au milieu d’eux.

 

Mort, il est vivant

 

C’était bien lui. Voyez mes mains et mes pieds. Ils l’ont touché et de fait ils ont reconnu celui qui avait vécu avec eux et souffert sur la croix. Tous le reconnaissaient et à plusieurs, ils ne pouvaient pas se méprendre. Ils l’ont bien vu prendre un morceau de poisson et le manger.

 

Tous pouvaient l’affirmer. C’était le Jésus de la cène, mais il était différent. Il n‘était pas avec eux et instantanément il était là au milieu d’eux.

 

C’était lui, mort et ressuscité. Il était identifiable par son corps, mais il avait acquis de nouvelles propriétés. Son corps était perceptible aux yeux des apôtres et des disciples, mais en même temps il était de la gloire de Dieu.

 

Nous pouvons anticiper

 

Notre propre corps sera transformé en un corps spirituel à notre résurrection. Il faut que cet être corruptible revête l’incorruptibilité, que cet être mortel revête l’incorruptibilité (3).

 

Nous sommes unis au Christ ressuscité et, un jour, il transformera notre corps de misère pour le conformer à son corps de gloire (4).

 

Témoins du Christ et de l’Esprit Saint

 

L’apôtre Luc a utilisé les termes de peur, crainte, joie, bouleversement, étonnement, incrédibilité, etc. pour décrire ce qu’ont vécu les apôtres et les disciples dans cette rencontre du Christ ressuscité.

 

Il leur a ouvert l'esprit à l'intelligence des Écritures et ils ont compris que le plan de Dieu n’était pas le leur et tous ont accepté cette nouvelle présence. La gloire de Dieu était manifestée devant les apôtres et les disciples.

 

Ils ont cru à ce qui avait été annoncé par l'Écriture. Et à partir de ce jour, ils ont été les témoins du Christ, mort et ressuscité, sauveur de tous les êtres humains. Sans relâche, ils l’ont fait connaître à toutes les nations.

 

Pour vous et moi

 

Cet évangile est un texte capital pour notre foi et nous devons remercier, dans notre prière, tous ceux et celles qui nous l’ont fait connaître. Sans leur témoignage nous n’aurions pas vu la Lumière.

 

Aujourd’hui, le Seigneur nous dit : c’est vous qui en êtes témoins.

 

Amen.

 

Notes :

1-     Jean 12,32

2-     Jean 2,1 -5 - 2e lecture.

3-     1 Corinthiens 15,53

4-     Philippiens 3,21

 

 

Bon dimanche.

André Sansfaçon, prêtre.

www.homelie.qc.ca

 

 

 
 

Tous droits réservés 2014