2016/10/02

27e dimanche ordinaire



 

27e dimanche du temps ordinaire.                                                    Année C.

 

Évangile selon saint Luc 17, 5-10

 

Les Apôtres dirent au Seigneur : « Augmente en nous la foi ! » Le Seigneur répondit : « La foi, si vous en aviez gros comme une graine de moutarde, vous diriez au grand arbre que voici : 'Déracine-toi et va te planter dans la mer', et il vous obéirait.

 « Lequel d'entre vous, quand son serviteur vient de labourer ou de garder les bêtes, lui dira à son retour des champs : 'Viens vite à table' ? Ne lui dira-t-il pas plutôt : 'Prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et que je boive. Ensuite, tu pourras manger et boire à ton tour.' Sera-t-il reconnaissant envers ce serviteur d'avoir exécuté ses ordres ? De même vous aussi, quand vous aurez fait tout ce que Dieu vous a commandé, dites-vous : 'Nous sommes des serviteurs quelconques : nous n'avons fait que notre devoir.' »

____

 

Dans le Judaïsme, la personne religieuse adhérait à Dieu en le reconnaissant comme son créateur et l’initiateur de l’Alliance. Elle concrétisait sa démarche religieuse par un agir conséquent : le juste (ou le saint) vivra par fidélité (1). Elle manifestait sa foi par la proclamation et la louange : crions de joie pour le Seigneur, acclamons notre Rocher, notre salut (2).

 

Les apôtres ont cette foi de leurs ancêtres et ils désirent l’augmenter en intercédant auprès du Seigneur. Seigneur, augmente en nous la foi. Dès lors, ils adhèrent à la personne de Jésus et à son message. Ils ont foi au Christ et s’adressent à lui dans leur prière comme à un être divin capable d’assurer une relation avec eux. La réponse de Jésus les invite à reconnaître cette relation amoureuse de Dieu avec la personne croyante qui est source de stabilité.

 

Saint Augustin affirme : la foi répand la prière, et la prière, en se répandant, obtient à son tour l’affermissement de la foi (3).

 

 Ce lien de la foi en Dieu conduit à l’impensable. Ce qui est impossible à l’être humain devient possible avec le Christ.

 

Cette Bonne Nouvelle de Jésus traverse le temps et elle rejoint nos cœurs.

 

Quel maître a invité son serviteur ou sa servante à la table après la corvée ? Voilà mon repas est prêt ; mes bêtes grasses sont égorgées ; tout est prêt : venez au repas de noce (4).

 

Quel maître prend le tablier ? Jésus se leva de table et commença à laver les pieds de ses disciples (5).

 

Quel maître offre un repas qui transcende le temps ? Jésus prononça la bénédiction, il prit le pain et la coupe et les leur donna (6).

 

Le Christ s’est fait l’un de nous pour nous faire connaître son Père. N’est-ce pas le plus grand service offert à l’humanité ?

 

De toute éternité, Dieu dit : tu as du prix à mes yeux et je t’aime (7). Le Christ a manifesté cet amour éternel tout au long des jours et il a mis au cœur des apôtres et de ses disciples des semences d’amour qui ont éclos en gerbes de services tout au long des siècles.

 

Ces graines d’énergie éternelle sont devenues à travers les âges des réponses de la fidélité de Dieu envers chacune et chacun de nous.

 

Aujourd’hui, le Christ perpétue la fidélité de Dieu à notre égard et il en assure l’Alliance, le lien ou la relation. Toute notre foi consiste à connaître et à reconnaître l’amour du Christ pour soi et à le lui rendre, en prenant le tablier à notre tour.

 

Vous et moi, disons comme les apôtres : Seigneur augmente en nous la foi.

 

Amen.

 

1 - Habacuc 1,2-3 ;2,2-4 - 1re lecture.

2 - Psaume 94 – messe.

3 - Saint Augustin (430) - Sermon 115

4 - Matthieu 22,4

5 - Jean 13,4-5

6 - Matthieu 26,26-29

7 - Isaïe 43,4 

 

Bon dimanche,

André Sansfaçon, prêtre.

www.homelie.qc.ca

 

                                                   Commentaire de l’Oisillon

 

Cette homélie nous encourage à alimenter notre foi en Dieu.

"Ce qui est impossible à l'être humain

devient possible avec le Christ."

Faisons de notre vie un terrain d'accueil et d'amour

aux êtres qui ont besoin d'être écoutés, secourus,

aux êtres qui vivent mal, faute d'espérance,

afin de leur offrir la lumière de notre foi. Dieu fera le reste.

 

 

Aigle pomarin

Symbole de victoire pour les anciens Romains.

Continent : Europe 

 
 

Tous droits réservés 2014